La colère

Parfois, lorsque je suis en colère, [je me rend compte aujourd'hui qu'en cas de conflit, je suis bien plus souvent en colère après moi-même qu'en vers la ou les personnes concernée(s)], je peux rester "muette" pendant de jours... c'est affreux pour la personne qui doit subir tout ça... mais je ne le fais pas par méchanceté... quand ça m'arrive, c'est juste parce que je ressens le besoin de me concentrer sur moi-même, réfléchir, remettre en ordre tout ce qui se passe ou s'est passé dans ma tête.. Ma mère m'a toujours dit que petite j'étais rancunière, que je pouvais "bouder" pendant des jour... que jamais je ne revenais, qu'ils (parents, frère..) fallait qu'ils fassent le premier pas.. ou sinon qu'ils fassent semblant de pleurer, de souffrir pour que je revienne (c'est sadique quand j'y pense...). Un jour, je devais avoir 9-10 ans, alors que j'étais en vacances avec mes grands-parents et mon grand frère, ma mamie m'a disputée car je voulais téléphoner à ma mère car je n'allais pas bien [au début l'éloignement de la maison m'était très difficile..], je me souviens du sentiment d'injustice que j'ai ressenti, de cette boule d'angoisse qui est montée en moi.. je suis donc partie m'isoler, dans ma valise ! Ne me demandez pas pourquoi la valise, je ne sais pas... peut-être que le fait d'être enfermée dans un lieu confiné, qui venait de la maison me rassurait... bien entendu, je l'avais fermé en passant mon ongle dans le système du zip.. je m'étais juste laissé de quoi respirer et voir ce qui se passait dans la chambre... J'y suis restée un moment ! jusqu'à ce que ma grand-mère demande à mon grand frère de 16 ans, je pense, de venir me chercher.. bien entendu, il ne m'a pas trouvée entrain de pleurer sur le lit, comme le pensait ma grand-mère... et lorsqu'elle est rentrée dans la chambre en panique de ne me trouver nul part, quand elle a vu la fenêtre grand ouverte et qu'elle a pris peur que j'ai sauté, j'aurais pu sortir de ma valise... mais non, j'y suis restée, a regarder ce qui se passait... mon frère a fini par me trouver car je ne sais pour quelle raison, je me suis mise à exploser de rire. On a fini par appeler ma maman, et cette histoire, ma grand-mère la raconte encore !

Comme je l'ai dit dans l'article sur la frustration, petite, pendant longtemps même, lorsque j'étais en colère, je me faisait du mal... je me griffais me mordais, me tapais l'arrière de la tête contre le mur au rythme de mes balancements, et je criais... en grandissant, j'ai appris à crier dans mon oreiller car mes parents et frères me traitaient de folle lors de crises de colères... j'ai aussi cassé grand nombre de téléphones (lorsque ceux-ci ne coutaient pas une fortune), car j'envoyais tout valser... encore aujourd'hui il peut m'arriver de jeter tout ce qui se trouve autours de moi.

Mais maintenant, ma principale réaction est de m'enfermer dans le mutisme, et de partir, de m'isoler... Parfois lorsque quelqu'un me blesse, je vais le lui dire, soit à chaud, ce qui n'est pas bon car je ne sais pas arrondir les angles, non pas pour blesser, mais parce que je ne sais vraiment pas le faire, ou que lorsque je pense arrondir les angles, on me dit que je ne l'ai pas fait.. ou sinon je le dis plus tard à "tête reposée" même si ma tête ne se repose jamais et est en perpétuel réflexion.

 

Il y a aussi quelque chose que je déteste, je déteste qu'on me demande pourquoi je m'énerve, alors que je ne m'énerve pas ! Il parait que j'ai parfois tendance à parler de façon agressive, au début je pensais que mon ex utilisait ce prétexte pour déclencher une potentielle dispute, mais non, mon petit frère (de 10 ans de moins que moi) me l'a un jour fait remarqué, puis par la suite des amis.. Il est aussi déjà arrivé qu'on me demande "qu'Est-ce qu'il t'a fait, pourquoi tu ne l'aimes pas ?" en parlant d'une personne que je ne connais même pas, alors que je lui ai simplement parlé.. mais apparemment, il m'arrive aussi d'être froide dans ma façon d'aborder les gens, alors qu'a mes yeux, le contact est plutôt bien passé...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0