L'enfance : la rentrée scolaire

La rentrée scolaire...

 

Je suis arrivée dans une petite école de campagne (en retard), où tout le monde se connaissait... je rentrais en CE1 mais la directrice (ma maîtresse voulait à la base que j'entre en CE2... mes parents ont refusée, après avoir regrettés d'avoir fait sauter une classe à mon grand frère, qui a très mal géré la situation..) donc, en retard, pas de récréation et hop directement en classe.. la maîtresse, qui m'a toute suite parue gentille et digne de confiance m'a dit où m'assoir... j'y suis allée, tête baissée, sans un mot.. ces enfants, qui me regardaient me donnait l'impression d'être une bête de foire... leurs chuchotements, me donnaient envie de pleurer... j'ai bien évidemment retenu mes larmes... puis la maîtresse m'a demandé de me lever et de me présenter à la classe.

Tétanisée, je n'ai pas réagis, oui, j'avais bien entendu, mais je ne le pouvais pas, ne le voulais pas... j'avais tellement mal... quelle douleur ? d'où Est-ce que ça venait ??! Moi même je ne le savais pas... mais il y avait une réelle souffrance physique qui me torturait... "ne pas pleurer, ne pas pleurer"... Je pense que la maîtresse s'est rendue compte de la torture que je vivais.. ces secondes m'ont semblées éternelles... infinies ! Puis elle est venue vers moi et m'a proposé de faire un petit texte pour me présenter, et qu'elle le lirait avant la récréation. J'aimais déjà beaucoup cette femme, qui m'a énormément soutenue, sans même le savoir, jusqu'à l'adolescence.

Donc j'ai écris, qui j'étais, ce que je voulais faire plus tard, ce que j'aimais manger, ce que je n'aimais pas, et les choses que j'aimais... j'ai donc parlé de la nature, des animaux, des insectes qui aux yeux de tous paraissaient répugnants... du vent.. quand la maîtresse l'a lue, je me souviens avoir ressenti un sentiment de fierté, un petit peu de peur, mais beaucoup de fierté... jusqu'à ce que la classe entière rigole car "on aime ses parents, ses frères, ses sœurs, ses jouets, les animaux, mais pas le vent !" alors, oui, j'avais oublié d'inclure ma famille dans ce que j'aimais... et j'y avais mis la nature, et ce souffle léger qui me ressourçait, et à qui je pouvais confier mes plus grands secrets... mais cette moquerie... ces rires, cette injustice, je n'ai plus réussi à retenir mes larmes et suis sortie de la classe pour me réfugier dans un coins, sous le préau...

J'étais triste, blessée, seule, incomprise, et surtout en colère, très en colère !  Puis, ils sont tous sortis, pour la récréation... un petit groupe est venu me voir et me dire de ne pas pleurer, que ce n'était pas méchant, juste que c'est bizarre d'aimer le vent... je suis partie en direction de la classe, voir la personne qui à mes yeux était devenue une protectrice contre tous ces clowns... je lui ai demandé si je pouvais rester dans la classe.. elle a accepté mais m'a dit qu'à la prochaine récréation, je devrais aller dehors avec les autres... le temps de classe s'est très bien passée, je connaissais déjà la leçon que nous travaillions, et mon voisin n'était pas bavard, bien qu'il me dévisageait. C'était très gênant alors je me souviens que je ne lâchait pas mon cahier des yeux..

La sonnerie... l'heure de récréation, la fameuse... je suis sortie, et me suis assise au même endroit que lorsque j'étais sortie... ils sont revenus... ile me parlaient, me posaient des questions, se coupaient la parole... je l'ai un peu vécu comme une agression et me suis murée dans le silence, sachant qu'ils finiraient par partir. Ils sont tous partis... sauf une personne, Elodie, je me souviens qu'elle me parlait avec beaucoup de compassion, n'attendait pas de réponse de ma part, je ne sais plus ce qu'elle disait, mais c'était bienveillant.. le lendemain, je me suis directement rapprochée d'elle, sans parler, j'étais juste avec elle, puis j'ai fini par m'ouvrir, lui parler, entrer dans son groupe d'amis petit a petit.. puis je me suis fais des ami(e)s.. Bien entendu, il y a eu des moments très difficiles, et je me bagarrais facilement, il m'arrivait même de mordre lorsque j'étais frustrée... j'ai un jour mordu un ami à sang car il m'avait touché les fesses... je me souviens que la directrice m'avait fait la morale... je devais être en CE2 ou plus peut-être...

 

J'adorais l'école, encore plus les jours de bibliothèques ! J'aime les livres, j'aime leur odeur, leur texture, le bruit des feuilles lorsque je les tournes...

Je voyais régulièrement mes amis le weekend sauf lorsque j'avais besoin de me retrouver seule...

Écrire commentaire

Commentaires: 0